Glossaire de droit international privé 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 

Anti-suit injunction : décision d'une juridiction étrangère prononçant une injonction ayant pour objet d'interdire à une partie d'introduire ou de poursuivre une instance devant une autre juridiction. Conforme à l’ordre public international français depuis l’arrêt de la Cour de cassation du 14 octobre 2009, In Zone Brands international INC & Mr. X / In Beverage international, rendu concernant une anti-suit injunction prononcée par la Superior Court of the Cobb County, Georgie, Etats-Unis. 

  

Arbitrage international : justice parallèle constituant le mode alternatif privilégié de résolution des conflits commerciaux internationaux. La sentence internationale n'est rattachée à aucun ordre juridique Etatique et constitue une décision de justice internationale. Bibl. : D. MOTTE-SURANITI, L’exécution en France des sentences arbitrales CCJA, Recueil Penant n° 866 Janv.-Mars 2009 ; RTDJA n° 002 Juill.-Sept. 2009. 

  

Certificat de coutume : attestation écrite sur la teneur d’un droit étranger, produite afin d’établir la preuve de la loi étrangère. 

  

Clause attributive de juridiction : convention par laquelle les parties à un contrat s’engagent à soumettre à une juridiction nationale les litiges qui pourraient naître relativement à ce contrat. 

  

Clause compromissoire : convention par laquelle les parties à un contrat s’engagent à soumettre à l’arbitrage les litiges qui pourraient naître relativement à ce contrat.                                                                                                                                                                                                                                              

 

Compromis d’arbitrage : convention par laquelle les parties à un litige né soumettent celui-ci à l’arbitrage d’une ou plusieurs personnes. 

  

Conférence de La Haye de droit international privé : Conférence ayant pour but de travailler à l'unification progressive des règles de droit international privé. 

  

Droit international privé : branche du droit apparue au XIXe siècle ayant pour objectif de résoudre les questions nées des rapports juridiques internationaux entre deux personnes. 

  

Emanation d’Etat : société caractérisée par une dépendance fonctionnelle lui ôtant toute autonomie vis à vis de l’Etat et ne jouissant pas d’un patrimoine propre. Bibl. : D. MOTTE-SURANITI, Emanations d’Etats : la Cour de cassation française ouvre la voie aux saisies, Recueil Penant n°  862, Janv.-Mars 2008. 

  

Estoppel : principe selon lequel une personne ne peut affirmer le contraire de ce qui a été établi par ses propres faits, actes, ou agissements, express ou implicites. 

  

Exequatur : procédure par laquelle une partie demande à une juridiction nationale de conférer l’exécution à une décision de justice étrangère, selon les conditions énoncées par le droit national.                                                                                                                                                                                                                                                                                                  

 

Exequatur partiel : sort distinct donné par le juge de l’exequatur aux différents chefs d’un jugement étranger ou d’une sentence arbitrale qui, en l'absence d'une indivisibilité ou d'un lien de dépendance entre ces différents chefs, sont susceptibles d’un examen indépendant. 

  

For : juridiction d’un Etat saisie d’un litige de droit international privé. 

  

Forum non conveniens : incompétence d’une juridiction à connaître d’un litige, relevée au profit d’une autre juridiction. 

  

Forum shopping : pratique d’un plaideur consistant à introduire une action devant la juridiction nationale qui lui semble la plus favorable à juger ses prétentions bien-fondées. 

  

Immunité d’exécution : principe s’opposant à ce qu’un Etat laisse se dérouler sur son territoire une procédure d’exécution forcée portant sur les biens (corporels ou incorporels) d’un Etat étranger, d’un souverain étranger ou d’un agent diplomatique qui les représente. Comme l’a rappelé la Cour d’appel de Paris : « Selon les principes de droit international relatifs aux immunités, les Etats étrangers bénéficient, par principe, de l'immunité d'exécution ; il n'en est autrement que lorsque le bien saisi se rattache, non à l'exercice d'une activité de souveraineté, mais à une opération économique, commerciale ou civile relevant du droit privé qui donne lieu à la demande en justice. Ainsi l'immunité doit être écartée si le bien visé est affecté à une activité relevant du droit privé et s'il présente un lien avec la créance servant de fondement à la mesure litigieuse. » (Cour d’appel de Paris, 9 décembre 2010, Société NML CAPITAL LTD c/ REPUBLIQUE ARGENTINE). 

  

Immunité de juridiction : principe s’opposant à ce qu’un Etat laisse se dérouler sur son territoire une procédure judiciaire contre un Etat étranger, un souverain étranger ou un agent diplomatique qui les représente. Bibl. : D. MOTTE-SURANITI, L’immunité de juridiction des ambassades et consulats dans les actions en licenciement sans cause réelle et sérieuse – Petites affiches n° 202 du 8 octobre 2008. 

  

Injonction Mareva : injonction d’une juridiction prescrivant le gel d’avoirs et interdisant à une partie de disposer de ses biens. Considérée par la Cour de cassation comme une mesure conservatoire et provisoire qui n’est pas contraire à l’ordre public international (Cour de cassation, 30 juin 2004, M. X / CIBC Mellon Trust Cie, Daimler Chrysler et Royal Trust of Canada: injonction Mareva de la High Court de Londres).                                                                                                                                                                                                

 

Loi de police : loi dont l’observation est nécessaire pour la sauvegarde de l’organisation politique, sociale ou économique du pays. 

  

Ordre public : en matière de conflit de lois et de conflit de juridictions, mécanisme d’éviction de la loi étrangère et de refus de reconnaissance d’un jugement étranger, lorsque celle-ci ou celui-ci est choquant(e) en raison de son contenu injuste, ou contraire aux conceptions fondamentales ou à une politique législative française. L’un des composants de l’ordre public est l’obligation de motivation de la décision étrangère. Bibl. : D.MOTTE-SURANITI, La motivation de la décision de justice étrangère dans la procédure d’exequatur : Recueil Dalloz n° 1, Janvier 2009. 

  

Qualification : classement d’une question ou d’une institution dans sa nature juridique dominante. 

  

Qualification lege fori : prévalence de la qualification par la loi du for sur la qualification par la loi étrangère. 

  

Règles de conflit  de juridictions : règles permettant de déterminer la juridiction nationale compétente pour connaître d’un litige à caractère international. 

  

Règles de conflit de lois : règles permettant de déterminer la loi applicable à un litige à caractère international. 

  

Renvoi : dans centaines matières juridiques, application des règles de conflit de lois étrangères. 

  

Restatement of Conflict of Laws, Second : traité de droit américain énonçant les règles de conflits de lois.                                                                                                                              

 

Succession internationale : succession présentant des liens avec différentes catégories plus générales de rattachement (statuts de la famille, des biens et des actes juridiques), se traduisant par une pluralité de règles dans la détermination de la loi applicable, et par des conflits de catégories dans la mise en œuvre de la loi désignée.